Migrants,
le fil rouge

“La vie ne tient qu’à un fil, à un gilet rouge” 

Extrait du livre SOS MÉDITERRANÉE, Les naufragés de l’enfer, Témoignages recueillis sur l’Aquarius – Récit Marie Rajablat

C’est un sentiment d’impuissance qui m’a poussée à dessiner. Face à la situation en Méditerranée, à l’urgence de sauver ces vies humaines, face aux difficultés des ONG qui vont les sauver, je me sens indignée, révoltée, frustrée. J’ai l’impression que nous avons perdu notre humanité. Comment peut-on concevoir la mort, la torture ou l’esclavagisme comme une alternative possible ?

J’ai eu besoin d’exprimer cette indignation, mais aussi d’aider à ma façon ceux qui sont sur le terrain, comme l’ONG SOS MÉDITERRANÉE.

Tout en travaillant à partir de photos, pour rester reliée au réel, j’ai pris mon crayon pour dessiner les visages, les mains, les émotions qu’on ne peut ni taire, ni décrire. J’ai cherché la sobriété des traits et des couleurs.

Pour connaître l’histoire de ces images, j’ai échangé avec les photographes, auteurs des photos dont je me suis inspirée. Les gens que j’ai représentés, ils existent, ils ne sortent pas de mon imagination, ils ont vécu l’horreur, la peur de mourir, l’espoir d’être sauvés. Je ne pouvais pas les inventer. L’important, c’est eux.

Gaëlle Ferradini
Septembre 2019

Tous mes remerciements aux photographes reporters Pau Barrena, Christian Büttner,  Laurin Schmid, Giorgos Moutafis, Aris Messinis, Darrin Zammit Lupi, Guglielmo Mangiapane.

   
Technique Sérigraphies originales imprimées à la main en séries limitées, numérotées et signées
Support Papier Fontaine, 100 % coton, sans acide, 300g
Format 42 x 56 cm
Retour à l’accueil